« Le problème de l’Afrique n’est nullement qu’elle n’est pas assez rentrée dans l’histoire, que d’autres falsifient certes à son détriment, mais qu’elle ne se tourne pas assez vers le Futur. Ainsi, à l’heure de sa renaissance, c’est d’abord vers la restauration de ses vestiges qu’elle s’attèle pour tenter de se réconcilier avec son héritage après le saccage. Cette simple étape ne doit pas pour autant divertir de la nécessité plus urgente qui est de reconstruire une civilisation, libre de vivre sa destinée, avec des éléments nouveaux et composites pour son rayonnement, notamment économique, dans une ère qui lui est consacrée. L’effort de retour à un modèle Kamite pur est un leurre pour l’Heure. »

ASSOUKA