La religion agrée de Dieu pour l’humanité est l’islam. Depuis sa révélation elle doit servir de référence aux autres sensibilités spirituelles notamment par son étalon universel d’humanité : le Saint Prophète (psl). Il appartient aux musulmans de tenir ce rôle de référence dans les sociétés (comme disait un Shaykh « mettre chaque chose à sa place » cad enjoindre le convenable interdire le blâmable). Malheureusement dans ce temps trouble riche en tableaux eschatologiques, deux comportements sont observés. Le recours, d’une part, à une pureté souvent bigote qui vise à juger et non aider l’humanité et mène à plusieurs formes d’extrémisme et qui de fait encourage et renforce la marginalisation de tous ceux qui pratiquent cette religion de noblesse vis-à-vis des autres communautés. D’autre part, certains choisissent le retrait, la passivité et le laisser-faire justifiés par la préservation de leur acquis spirituels. Ces derniers je nomme souvent les Soufis Âne, associés aux autres musulmans modérés donnent la part belle aux extrémistes pour mener la danse au nom de toute la Umma. Si la lumière se cache sous le boisseau alors toute la pièce est dans le noir et personne ne peut se guider. Que ceux qui peuvent témoigner de la Vérité le fasse et que l’erreur disparaisse comme elle le mérite. La Kaaba est telle le coeur de la Seigneurie (en lien avec le vicariat de l’Homme). Il est bon qu’elle appartienne à l’Islam et soit préservée par les musulmans de toute corruption.