Le Guerrier et l’Enfant

Il était une fois un guerrier dans la fleur de l’âge, soldat d’élite, combattant pour le Roi de la Terre noire. Ce guerrier était un géant et vivait dans une soumission absolue au Roi. Il mesurait en effet environ 3 verges et était l’un des meilleurs au combat. Très habile de son sabre et à l’aise dans son armure, il était souvent envoyé pour des missions et exécutions ciblées pour aider l’avancée de toute l’armée. Il y avait cependant quelque chose qui troublait tous ceux qui le rencontraient : il y avait un enfant qui le suivait partout. Cet enfant réputé très aimant et fuyant toute idée de mort, ne voulait pas cependant quitter le Guerrier en qui, seul, il mettait sa confiance. Pendant les combats il s’attachait au dos du guerrier et fermait les yeux le temps que l’adversaire soi terrassé. Inutile d’essayer de lui faire entendre raison. Le Guerrier était son seul refuge. Il ne manquait pas cependant de questionner le Guerrier sur la raison de ces mises à mort. Cela durait depuis maintenant trop longtemps. Un jour le Guerrier dit à l’Enfant « Il faut que je t’apprenne à te battre et à tuer pour que tu comprennes la valeur d’une mort. » L’enfant s’y refusa avança son opposition à toute idée d’ôter la vie à une créature autrement que pour le bien de la vie courante. « Dans ce cas, dit le Guerrier, apprends à prier car c’est ce qui libère des voiles de l’ignorance et renforce la confiance. Il y a l’Un au-dessus de nous qui peut tout. » Le temps passa et l’Enfant gagna en conscience pendant que le Guerrier ressentait de plus en plus les effets de ses efforts dans son corps. « Tu commences à gagner en sagesse. Quand je serais vieux, c’est auprès de toi que je trouverai refuge contre les souvenirs pénibles. Vois-tu, dans la vie, la force physique ne dure pas toujours mais la foi accompagne tous les stades de notre développement d’initié, quel que soit le lieu, le moment ou les situations. Si tu maîtrises cette capacité comme un sabre… » A ce moment une flèche blessa gravement le Guerrier. Le Guerrier fut soigné longtemps et l’Enfant pria de tout son cœur pour son ami. Lorsqu’il fut à nouveau debout, quoiqu’affaibli, le Guerrier voulut reprendre du service mais le Roi le démobilisa. L’Enfant, devenu un grand maitre spirituel, prit le sabre du Guerrier et tous deux prirent la route en derviche pour répandre ce simple message :

« La foi est le sabre avec lequel vaincre tous les combats de la Terre »