Moi, Nègre

Moi, pas comptant* dans l’identification
La peau, la chevelure et le nez recouvrent notre cœur
Ensanglanté de l’intérieur par les coups subtils qui blessent
Parfois dans une hémorragie de larmes
Qui saignent autant que se dit le verbe de la douleur

Moi, pas comptant* dans le regard de l’autre
Le diplôme, le salaire et l’esprit recouvrent notre âme
Isolée en profondeur par les collusions subtiles qui délaissent
Parfois dans un désert de considération
Qui rend oisif autant que fleuri cet espace irrigué

Nos pas à tous comptant dans l’opposition de valeurs
Les classes, la richesse et la foi recouvre notre distance
Rallongé par les historiens et la mémoire des traditions
Parfois dans le marathon des savoirs et de la sagesse
Qui assoiffe autant qu’y abreuve les initiés intéressés

*Ne comptant pas (“pas content” phonétiquement)