The blood of the Warrior

“I’m gonna fight for the prestige, not for me. But to uplift my little brothers who are sleeping on concrete floors today in America, black people who are living on welfare, black people who can’t eat, black people who don’t know no knowledge of themselves, black people who don’t have no future. I want to win my title and walk down the allies, set on the garbage can with the wineheads. I wanna walk down the street with the dope addicts, talk to the prostitutes. So, I can help a lot of people.” Mohamed Ali, When we were king 1996

October 30, 1974, Kinshasa, Zaïre.

L’enfant va naître. Djenga a perdu les eaux. On fait venir Maman Dominique, la femme médecin qui fait office de sage femme. Le père est absent. Il avait prévu voir le match du siècle avec ses amis. On envoie Jean-Paul le cadet le chercher.

Cette nuit-là, le combat qui se mène est à plusieurs dimensions. Deux boxeurs américains sont venus s’affronter au stade devant son excellence le président le Maréchal Mobutu Sese Seko.

Loin des corps et des destinées, deux entités spirituelles s’affrontent aussi pour la naissance du bébé. Un élu promis à tout un peuple. Toute une chaine d’hommes et de femme affairés dans leur tâches quotidiennes participent sans le savoir à faire pencher la balance d’un côté ou d’un autre du monde.

Ce soir-là, le sang du Guerrier de la Lumière affronte celui des ténèbres pour posséder l’enfant.

Jean-Paul accélère sur sa bicyclette. La lagune n’est pas loin. Les dieux doivent être avec lui. Son père apparait bientôt, un verre de bière à la main, entouré de ses amis de l’usine et de certains du quartier.

« Papa! Papa! Maman accouche ». Le son de la télé couvre la voix de Jean-Paul. Celui-ci tire son père par le bras. « Maman accouche!! Viens vite! »

Contremaitre dans une usine de raffinage de pétrole, Yaya Marcel, comme on l’appelle au quartier, travaille fort pour subvenir au besoin de sa famille. Il économise aussi pour construire une maison familiale dans son village.

La clameur générale a envahi le quartier : « Ali bomaye! Ali bomaye! Ali Bomaye! »

Lorsqu’il sort du bar affolé par la nouvelle d’une naissance pour laquelle des léopards lui étaient apparus en rêve, un peu éméché, il manque de renverser son propre fils en démarrant son auto. Une vieille Peugeot 304 qu’il entretenait soigneusement et qui avait été de toutes les guerres.

Yaya Marcel se souvient de la formule que son ami Moussa lui avait apprise : « Je demande protection auprès de Dieu contre Satan le lapidé ». Il accélère dans la moiteur de la nuit. La fenêtre ouverte, un vent frais lui fait échapper quelques rots. Il dessaoule à mesure qu’il passe devant les maisons.

C’est la 7ième reprise du match. Au loin la clameur accompagne l’écho des pas dans la nuit. « Ali bomaye! Ali bomaye! Ali Bomaye! » Une prière adressé au dieux de la lagune? « Ali bomaye! Ali bomaye! Ali Bomaye! » Le peuple prie et montre sa ferveur pour un combat qui arrête l’histoire.

Yaya Marcel arrive à la maison.

Sa femme est méconnaissable dans les douleurs de l’accouchement. Elle semble porter un masque. Maman Monique lui reproche de n’avoir pas assez mangé de sauce gombo comme elle le lui avait conseillé.

Le 8ième  round du match commence. L’air s’alourdit. Un hibou passe au-dessus de la maison.

Jean-Paul arrive enfin, essoufflé, et dépose son vélo dans la cours. Yaya Marcel observe l’atmosphère et reçoit le déclic. Il saisit son chapelet et offre une libation aux ancêtres et aux dieux protégeant la famille.

Il ouvre son livret d’invocation à Saint Michel Archange. Il transpire.

« Ali bomaye! Ali bomaye! Ali Bomaye! ». Un taxi klaxonne dans la rue. Un autre hibou affolé passe au-dessus de la maison. Puis, c’est un cri de joie qui saisit la capitale.

George Foreman s’est effondré.

Motivé par la victoire. Yaya Marcel appelle tous ses enfants autour de lui. Il entreprend de réciter la litanie des Saints et demande la protection.

Djenga pousse. Elle pousse. Pousse. Pousse encore. Elle crie.

L’enfant sort au moment où elle s’évanouit.

C’était de justesse.

C’est une fille!

Dehors, la bière coule à flot.

Yaya Marcel commande une tournée pour le voisinage et se tient prêt de sa femme.

La famille s’est agrandie. La famille spirituelle aussi. Au ciel on fête cette victoire. Yaya Marcel présente sa fille à la lune et remercie Dieu.

Elle s’appellera Essili.

La lumière revient à nouveau dans les cœurs et les yeux des membres de la lignée.

« Les combats invisibles aux yeux des humains sont le fait de fidèles serviteurs qui s’unissent dans leurs prières. Et qu’est-ce que prier si ce n’est œuvrer dans ce pour quoi on est venu sur terre? »

 

Extrait de Arnaud Segla “Au nom de l’a-guère, le jour du réveil.”: Voir le eBook