«En marge des mythes fondateurs, la composition des masques et les danses rituelles étaient révélées, sans support, aux grands initiés et maîtres de l’art, à l’image de ceux dont la tradition passait par les Livres. En rêve ou en vision, dans le mystique et la tradition. L’animisme s’écrivait peu, il se transmettait pourtant de génération en génération essentiellement par voie orale. Au risque d’être dénaturé par les faux initiés suivant des objectifs vils et inspirés par des créatures rebelles et leur rusé maître à la tête.

— Je vois.

Le père des Croyants, Le prophète Ibrahim, l’Ami intime de Dieu, sur lui la Paix et le salut, a vécu une époque où le sens et l’essence des traditions priant des dieux avaient pris leur distance avec Dieu et Sa Tradition. Les idoles étaient fabriquées représentant de fausses conceptions de dieux pour leur rendre des cultes sans connaissance ni science en dehors même de l’obéissance au Dieu unique :

le Créateur. »

«Très peu de personnes savent encore dialoguer avec les esprits et l’au-delà, le séjour des ancêtres et des dieux. Un mode de communication qui convenait à une certaine époque et qui convient à certaines cultures. L’accent est mis sur l’accumulation des biens terrestres et le rayonnement social qui s’y attache. Ce qui donne de la valeur à la vie des humains a été troqué à cette conception du but de la Création qui est de donner un cadre pour prouver sa piété et s’élever spirituellement à travers les épreuves. Cette vie n’est qu’un passage vers une réalité plus importante et beaucoup de peuples autrefois liés à l’Âmes du monde l’oublient. »

« Ils confondent la conversion à la voie monothéiste légitime avec l’acculturation et la perte de leurs racines traditionnelles et des connaissances qui y sont liées. La soumission au Dieu unique Créateur, n’empêche pas le recours à ses administrateurs auprès de qui les demandes d’intercession et d’action sont adressées. Un polythéisme d’intermédiaires ressemblant à une assemblée de saints. Les dieux étant libres de soumettre ou non, le choix du bon interlocuteur dans le panthéon est crucial. L’expérience et la connaissance des ancêtres et les recadrages des prophètes et messagers permettent de maintenir la lignée de Croyants dans le sillage voulu pour la Création soumise. »

«D’autres tenants du polythéisme s’entêtent dans le maintien de cultes dont la symbolique au sein de la soumission au Dieu unique, Le Créateur, a perdu sa valeur, a dévié ou est née d’une innovation. En spiritualité il n’y a pas d’innovation mais une révélation vivante qui utilise des mots contemporains pour s’exprimer. Ces autres cultes mènent tout droit à l’idolâtrie ou à l’associanisme avec des génies qui échangent leurs actions dans la dimension terrestre contre un peu de force vitale pour leur propre existence. »

« Il est important de garder une trace de ce passage de l’ère où l’humanité dialoguait avec les dieux. Ce sont des strates importantes dans la carotte des modes de révélation successifs ayant guidé l’humanité et qui permettent de mieux comprendre les mondes suivants. A présent même le sens des Livres qui ont été révélés jusqu’au Grand Rappel commence à s’étioler. Même si les récits ont gardé une trame quasi solide, les réécritures et falsification demandent le guidage de l’Esprit pour s’y retrouver. C’est une faute grave de travestir la Révélation ; un crime contre la Création toute entière. Le Grand Rappel se doit d’être pratique dans sa forme révélée ou exotérique et ses formes cachées ou ésotériques pour que l’humanité garde l’ensemble du bienfait de Ce Rappel. La Conscience la Parole, les Livres et la Force vitale (ou Énergie) ne sont que les véhicules d’un Pouvoir et d’un dessein endogènes venant du Créateur. »

 

Arnaud Segla, The Black Kingdom, la voie des dieux, The Wisemencouncil, année 2013