Do-dji !

Do-dji !

Les sages s’étaient réunis sous l’Arbre à palabre. Bien que ce fut le clair de lune, un feu brulait devant eux éclairant leur visage et réchauffant leur vieux os. Le plus jeunes, adultes et enfants, étaient assis à même le sol pour entendre le récit du soir. Le doyen du conseil se racla la gorge et alluma sa pipe. La brise était légère. Les chiens s’étaient roulés en boule ça et là pour entamer leur sommeil. Au loin le hibou donnait de la voix comme pour accompagner la parabole qu’il s’apprêtait à confier.

« Dans le temps passé vivait deux jeunes gens, Do-Dji (bas-haut) la femme dont le prénom voulait dire celle qui a du cœur car elle était humaniste, compatissanteet altruiste, et Kouassi-dâ (dimanche) l’homme qui voulait dire le roi du dimanche car il jugeait et régnait sur deux mondes, deux manches. Ces deux jeunes gens vivaient loin de notre village dans une Cité où le sable était souvent blanc et la chaleur rare dans l’environnement et les cœurs. Pourtant les deux jeunes gens s’appréciaient et vivait une belle relation d’amitié faite de mutuel respect et de fréquente action. Do-dji savait se montrer à l’écoute des projets visionnaires de Kouassi-dâ. Ils se fréquentaient par-delà leurs défauts mutuels et s’acceptaient tel qu’ils étaient car ils ne voulaient pas donner une image d’eux même qui ne soit pas honnête. Petit à petit, cependant, des fissures apparaissaient dans leur amitié. « Do-dji » se montrait moins présente et attentive ce qui suscitait des doutes et un manque chez Kouassi-dâ. Un jour, Kouassi-dâ fut attaqué par des mercenaires qui le renversèrent de son trône et le blessèrent grièvement. Prenant la fuite, il demanda l’aide de Do-dji qui le soigna et lui apporta de quoi manger. Kouassi-dâ s’endormi soulagé. A son réveil Do-dji n’était plus là. Il chercha partout dans la pièce mais ne la trouva nulle part. Silence. Il se mit à l’appeler. A chaque fois qui appelait « Do-Dji » son cœur lui répondait « Do-dji ! » ce qui veut dire aussi « prend courage ! ». Il sortit de la maison, qui était à l’écart de la Cité, et se mit à la chercher partout appelant et suppliant « Do-dji », (aie du cœur !). Ce à quoi son cœur répondait par « Do dji! » (courage !). Écoutant son cœur il se maitrisa un temps pour reconquérir son royaume. Il défit les mercenaires sauf leur chef qui prit la fuite. Une fois sur son trône et face à son Peuple, il se réfugia dans ses responsabilités en se répétant inlassablement « Do-dji ! » (courage !) ce à quoi son cœur répondait aussi par (aie du cœur!). Le chef des mercenaires étant toujours une menace pour le royaume, Kouassi-dâ le traqua et lui donna chasse jusqu’à une lointaine contrée où il le captura. Il décida de l’exécuter. Au moment fatidique celui-ci se mit à crier et  à supplier. Dégainant son Sabre pour trancher la gorge de son rival, il vit parmi les captives qui accompagnait le chef mercenaire, une femme, Do-dji! qui l’observait. Kouassi-dâ la fit venir. Elle expliqua qu’il avait été repéré chez elle et qu’elle s’était offerte en esclave au chef des mercenaires pour qu’on lui épargne la vie. Elle avait tiré un trait sur leur relation passé. « Do-dji ! » (courage !) souffla le cœur de Kouassi-dâ. Elle préférait garder ses distances dorénavant. « Do-dji » (tu as un couteau) souffla le cœur de Kouassi-dâ. C’était dimanche, Kouassi-dâ devait juger. « Do-dji ! » (bas-haut! Autrement dit tranche ! envoie le dans l’autre monde!) souffla le cœur de Kouassi-dâ. Le sang du chef des mercenaires gicla sur le sol laissant Kouassi-dâ éternellement tourmenté par cette question « Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? ». « Do-dji. » lui souffla son cœur : « le trou a fait naitre. »

Le Doyen considéra longtemps l’assistance et déclara fixant un point loin dans l’horizon : « Dans la vie tout est de la Volonté de Dieu. Il faut savoir lâcher prise totalement et faire confiance à son ami car rien de ce qui pourrait mettre en péril votre amitié ne saurait dépasser le baume divin qui s’y appliquerait en enseignement de sagesse pour le futur. »

«Do-dji! »

Maturité.

Tagged under:

Open chat
Hello. Welcome on Le CRI de la Calebasse. How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Le CRI de la Calebasse. Comment pourrions nous vous aider?