Select Page

It was a psychotic dream. Oui j’ai visité un monde parallèle ou dimension où j’ai interagi avec des personnes connues vivantes et mortes et des inconnus mais dans un environnement rappelant un semblant de vécu avec des éléments insolites et surtout où les codes sont différents. Par exemple, j’ai voulu prendre un taxi qui s’est transformé à l’intérieur en une caisse en bois avec un escalier menant vers la cabine du chauffeur. Ça fait penser à des films surréalistes comme « The Wiz », avec Michael Jackson et Diana Ross, ou aux théories sur l’interprétation des rêves de Sigmund Freud (sauf que là ce n’était ni un songe, ni un rêve en tant que tel mais une sortie psychique). C’est là que je me suis mis à chercher mes médicaments et à vouloir le réveil. Ce que j’ai fait, en prenant un prn mais pas tout le traitement que j’avais hélas sauté la veille ainsi qu’un soda pour montrer à mon corps qu’on était de retour dans mon monde car habituellement je ne mange ni ne bois dans les mondes qui ne sont pas les miens (À cela tu les reconnaîtras… Coran LI, 24-28). Imaginez d’une part qu’une personne peut faire ce genre de rêve de façon diurne et éveillée et que, d’autre part, dans ce que nous appelons réalités cohabitent d’autres dimensions avec des gens qui ont notre apparence humanoïde mais qui vivent avec leurs codes. Tout comme un psychotique en crise a perdu ses repères (Codes) et le faire manger puis dormir le ramène sur Terre. Cela confère des expériences de transes ou autres à certains mystiques, entre autres, et confirment la présence d’Anges, Archanges, diables etc. qui révèlent leur nature profonde malgré leur apparence humaine.

Il m’aura fallu plusieurs psychoses mais aussi accepter de les pénaliser comme maladies pour commencer à interagir avec cette riche information sans me spécialiser en shaman ou sorcier. Les créatures sont nombreuses et quand j’entre par modification de mon état psychique, ou maintenant plus facilement à l’éveil, je peux voir ces fameux extraterrestres qui sont des bannis d’anciens mondes et éternels nomades, à la recherche de terres et ressources, mais qui apparemment s’y installent avec notre physicalité en apprenant à vivre comme nous (nos codes) mais amène leur pollution télépathique et leur savoir génétique et numérique. D’où le stratagème de manipulation que nous vivons avec la pseudo pandémie qui n’est qu’un acte de guerre envers « les derniers humains » avec l’aide de Notables et leurs Coalisés. C’est comme si j’arrivais à prendre mon corps avec moi dans un rêve psychotique qui serait ma machine spatiotemporelle ou soucoupe volante et que j’allais vivre dans un autre monde.

Les Africains ont longtemps maîtrisé la téléportation ou la transformation corporelle sans les machines occidentales. C’est la différence d’approche entre spiritualité et science. On ne peut regretter à la perte progressive de ce pouvoir soit par disparition sans transmission de ceux qui le possèdent mais aussi son accaparement dans les Écoles de Mystère qui le conscellent et le réserve à une élite qui le plus souvent est composé d’un ramassis repoussant d’initiés ratés juste intéressés par les biens et plaisirs de la vie présent et non au pouvoir de l’Au-delà. Enfin, la qualité de la sorcellerie africaine laisse aussi à désirer. Elle ne sert plus qu’à empoisonner la vie de personnes à l’étoile brillante ou à effectuer des crimes rituels. Je me souviens des psychoses (Hal) de l’époque de mes études en aéronautique où j’en revenais avec des idées un peu folles mais innovantes de ce que l’on pouvait faire; restait plus qu’à le mettre en ingénierie. C’est par exemple mon souvenir de mon hospitalisation à Morelles dans la région parisienne où j’ai vu des génies à l’œuvre mais juste inadaptés à la vie commune. Je me suis souvent demandé si les médecins ne satisfaisaient pas un intérêt scientifique à écouter les idées de ces « patients » spéciaux. D’ailleurs le design de Concorde ne viendrait-il pas d’un sorcier camerounais selon la légende. J’ai moi-même rêvé récemment et clairement vu un avion plus gros qu’un 777 et moins qu’un A380, à un étage, mais surtout dont l’aérodynamique et la tenue de vol était excellente. Une voyante m’en avait déjà parlé lors d’une cérémonie. Je ne vais pas, pour autant, rouvrir mes cours de mécanique du vol sachant que mon intérêt a toujours été dans l’ordonnancement et l’organisation administrative de la maintenance. Ça fait partie de mon « has been » mais laissons faire le destin.

Share This
Open chat
Hello. Welcome on Le CRI de la Calebasse. How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Le CRI de la Calebasse. Comment pourrions nous vous aider?