Je me lance…

Mai, le printemps peine à se faire une place
Dans la révolution des astres et des cœurs
Je rêve de Liberté avec Force et Courage
Un Mag à lire avec l’attention d’un Poète
Qui aura compris l’intention du Pro fêtes
Unir dans une danse cannelle, la dentelle et l’écuelle
Deux cœurs en ligne de mire pour en jouir et y mourir
L’Amour nature pucelle et mature de la coccinelle
Voilà que l’Athlète prend de l’âge à mesure qu’il prend le large
Vouloir fixer l’Héritage et le Message en Sage et sans ambages
C’est oser défier les lois des femmes mines
Graines de Famines dans un champ où on se perdrait

Je rêve de Liberté, La Liberté, celle d’un Chantre
Qui veut que le Guerrier donne sa Vie pour la Sœur
Quittant Ouidah pour le port aux Princes
Fuyant le Compte noir pour le souvenir de Gorée
D’Âme à Âme, partageant l’igname avant de devenir gitane

Je rêve de Liberté, mais elle s’envole à chacun de mes soupirs
Et le désir s’étouffe sous les icônes au jaune rictus
Mais la Vie est courte et je lui souhaite la paire du Père missionnaire
Ou du Pair vulgaire troquant le bréviaire pour une bière
Lié par le vœu d’un sentiment sincère même amère
Par-delà le soin de l’Image, partager le Plaisir simple
Sans peur d’une gêne éthique qui craint le Mystique
Si ce n’est cette Métaphysique un peu lyrique qui pique

Je rêve de Laliberté au Temps précieux de la Destinée
C’est le premier pas d’où s’élance le prêt tendant
Pour arraisonner, faire résonner ou raisonner
L’impératrice ne croyant plus au grands mots
Mais ne voyant plus que les maux impérieux et factices
Où nait l’Espoir d’un monde où trois roches :
Un Saint galet, un corail libre et un Da au menhir
Seraient foyer d’une nouvelle humanité sans berce-sots.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.