La colère du Lion

Au procès de la mort j’ai été invité
J’ai vu nos ancêtres lui demander
Pourquoi nous enlever par centaines de millier
Chaque année, à un rythme effréné et régulier
Pendant que d’autres en pleurent à moitié
Maladies à l’impuissance importée
Qui défient fecondité et maternité
Car il faut décimer pour mieux spolier
Cette Terre berceaux de l’humanité
Et à la jeunesse qui nous est enviée
Qu’on ne serait employer sans débouchées
Ni ouvrage dans nos informelles sociétés
Qui doivent à présent résolument évoluer
Vers le défi mondial de la compétitivité
Oui pourquoi nous avoir tant tué
Dans les mers et les universités
À nous inculquer la passivité
Tant de fléaux déjà acceptés
Pour lequel les chefs n’ont pas bougé
Pour nous financer ou nous confiner
Cons finis, ils n’ont pas considéré
La nouvelle race des confédérés
Que la Divinité a encore manifesté
Pour servir de guerriers
Qui les feront dégager
Par la Conscience libérée
D’une Richesse méritée
Et d’une Fierté retrouvée
Dans l’Honnêteté et la Vérité
Où les prédateurs ont conspiré
C’est entre nous qu’il faut s’initier
Par l’apprentissage de la Réalité
D’une Attitude aux résultats avérés
Je partais et l’immigré est arrivé.

Tagged under:

Leave a Reply

Your email address will not be published.