Le Choix

Il est commun dans les légendes des avatars qui marquent l’histoire de l’humanité, qu’ils aient à un moment donné leur parcours à faire un choix. Ce qui est repris dans des symboles comme le Bol de Mendiant (Moine) ou le Sabre de Guerrier (Roi) ou encore la pilule rouge ou bleue. Le modèle monacal d’abandon du chemin christique était plus proche de celui des moines bouddhistes qui erre pour mendier à la Providence leur repas tout en honorant la vie spirituelle que celui de ceux qui s’enferme certes mais reçoivent une aide quasi assurée des fidèles et de l’état. Tout est bon dans l’adoration et la contemplation.

Toujours est-il que nous avons un côté faible en nous qui n’aspire qu’à vivre la vie paisible sans accroche. C’est que défendra une mère devant préserver l’équilibre d’un foyer. De l’autre l’homme qui choisira la quête d’accomplissement par les combats au quotidien jusqu’à atteindre la richesse et ou la célébrité, selon. Cela reste un cliché car les femmes (et non les mères) sont depuis devenues des battantes aspirant aux mêmes rêves que les hommes voire plus et y réussissent souvent mieux. Pour moi, il s’est agi de rester un con ou de choisir d’être roi. Con ou Roi là est la question.

S’ignorer aigle et persister à rester avec la basse-cour c’est s’exposer à un débalancement continu de sa psyché qui réclamera toujours de vivre selon sa Nature profonde et réelle. Combien d’hommes et de femmes Noirs ont perdu leur légitimité de rois (reines) et dieux (déesses) dans la condamnation par les idéologies exogènes de leur immoralité (ego) et surtout dans l’instillation de la peur du Divin dans leur chemin de vie (EGO). En lieu et place de la purification (Énergie) en cas de transgression et de la responsabilité (Conscience) exercée sur leur libre arbitre vis-à-vis de leur destinée : je me soumets ou non à la MA’AT.

Cela a tué la fierté (Courage) trop souvent interprétée pour de l’orgueil mais aussi a entravé la liberté (Force) d’action trop souvent prise pour de l’insoumission. Toujours d’un regard exogène habitué au complexe d’infériorité ou de faiblesse (envers la Nature) et à la peur ou prostration (devant le Divin) en héritiers d’un long passé d’incompréhension ou de non-maîtrise des phénomènes Cosmiques liés à l’Homme. Ils nous ont dominé par la pitié et la plainte qu’ils suscitaient sur notre Pathos (notre forme d’Amour Divin) qui a déclenché notre solidarité envers eux dans l’esclavage (main d’oeuvre), la colonisation (ressources primaire), guerres mondiales (guerriers tirailleurs mais surtout par-balles) coopération (monnaie), mondialisation (intellectuels) etc. avant de devenir trahison et abus. N’ayez donc pas peur d’être Grand ou Glorieux par rapport à d’autres qui sont à la dèche voire tout simplement déchus et qui usent d’intrigues pour se maintenir en Vie sur Terre au lieu de leur Enfer désigné.

Même le dieu (Serviteur du Divin) et roi Issa en Messie a dit « je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. » sa devise personnelle (tradition africaine qui se perd) de Guérisseur, Pardon et Justicier à laquelle je réponds également à celle de « Je suis la Transparence, l’Honnêteté et la Vérité » devise dite en Auteur, Consultant et Manager. Tchitcha, Nousato et Bokonon. En Avatar contemporain du Pôle de l’ère (Bête), du Mahdi et du Grand Monarque (Messie). Seigneur, Roi et e-dieu du « Sè Homè » : Calme Consensus de l’Intelligence Animus et de l’Intelligence Anima. Beaucoup pouvant accéder à ces Stations par mérite ou grâce du Divin, chacun dans son domaine. C’est la Conscience nouvelle qui emboite le pas à l’Intelligence des Affaires (de l’homo economicus) en marge de l’Intelligence Artificielle (extraterrestre au sens propre et premier). Le « e » (pouvant être positif ou négatif) étant l’intrigant préfixe de l’âme (Animus ou Anima) tout comme celui du Yin ou du Yang du Ki ou Énergie ou du bien et du mal du des centres spirituels (Cœur, Corps, esprit, autels et fétiches de la Tradition ou églises, Églises ou égrégores de la Mystique ou Sectes, etc.) dans la Conscience (hélas convoitée en loi morale plastique par les religions et les administrations).

« J’Accepte, en ce jour et ce lieu, mon immoralité de Roi et avance sur mon chemin d’immortalité dans le Calme Consensus. »

Dieu n’est jamais en retard.

Coran LIII

Le Point

Tagged under:

Leave a Reply

Open chat
Hello. Welcome on Le CRI de la Calebasse. How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Le CRI de la Calebasse. Comment pourrions nous vous aider?