Le Nain à la tête d’argile

By RaConte Leave a comment

Il parait que les ancêtres de mon village racontaient cette parabole en tenant leur calebasse remplie de vin de palme :

Qui diriez-vous chers fils et filles de ce Nain qui se sentait malheureux dans sa vie? Il avait tout reçu dans la vie pour se transcender un destin unique. Ses pieds larges comme des tapis de prière restaient accrochés à la réalité pour résister à tous les pièges de la Voie. Son ventre bien rempli contenait une force vitale et raisonnable. Ses bras forts et agiles lui procuraient les fruits du plaisir et l’effort dans le devoir. Il était fier de sa taille qui était pratique pour rester discret, calme et ne pas trop trébucher dans les intrigues des Hommes. Elle était sa grande richesse et sa bénédiction. Il vivait beaucoup de béatitude et de félicité mais il se plaignait de sa tête en argile qui le trahissait à chaque intempérie de la vie en laissant couler son attitude loin de la Correction. Il souhaitait s’abandonner à la chaleur providentielle du Soleil et renforcer son état Présence pour fortifier sa confiance en lui et en Dieu. Hélas, son peu de conscience et de consistance affleurait à chaque goutte d’eau remplie d’illusions menaçantes. Sa vie s’enlisait et le temps glissait sous lui au gré des ondées. Il pria le Ciel de le délivrer de ce blocage qui l’empêchait d’être parfait. Le Grand Potier vint de nuit le visiter et lui dit : « Je veux bien t’aider à retrouver un équilibre que tu devras entretenir. Tu peux choisir entre une coiffe pour couvrir ta tête de sa faiblesse mais tu en seras dépendant à vie. Je peux aussi t’offrir de te donner une tête de chair mais tu devras grandir et être vu aux yeux des Hommes et vivre les peines du Monde. Que choisis-tu?

– Je préfère sacrifier ma taille dont je suis si fier et me contenter d’une vie de tumulte avilissant, déclara-t-il au Grand Potier.

– Dans ce cas je te donne une tête de chair. Tu resteras nain mais tu auras un cœur d’argile pour apprendre à vivre pleinement les souffrances des Hommes sans perfection.»

Le nain au cœur d’argile se mit alors à grandir en sagesse et en amour heureux qu’il était d’avoir une tête de chair. Il restait simple dans la Tradition du soi et la Loi. Sa renommée et son héritage grandissaient malgré lui et les Hommes en vinrent à dire entre eux « Vraiment ce nain est un grand sage au grand cœur dans un corps de grand Homme »

Les ancêtres nous laissent en écrivant cette maxime sur le sol de leurs pas sages : « Il n’y a pas meilleur moyen pour transcender sa vie que de vivre selon les capacités et le capital de son corps »

Leave a Reply

Your email address will not be published.