L’enfant de papier

By Prose à hic

L’enfant de papier

Je t’expulse de ma vie que tu m’as donnée sans amour ni envie!
Pour ton confort et par refus de cette précarité tu m’as fait.
Jadis toi, ce titre précieux dans tes mains liées. Et moi aujourd’hui
Votre unique joint, la mauvaise herbe qu’une feuille roulée trahit.
A mon tour je me réfugie dans mon asile pour vivre ce mal d’être né.

Car pour eux, famille nombreuse et nécessiteuse, tu fis ce sacrifice,
D’être péniblement leur soutien et satisfaire ainsi vos orgueils et désirs.
Votre tiers immonde défraîchit mon statut et fait de moi ce renégat.

Ta triste moitié, complice de ce vice, m’est tout aussi indésirable
De susciter si peu d’intérêt local, elle choisit un exotisme mendiant
De me vouloir à mère pour la vie, amer je le suis et si peu ravit.
Cette saillie n’eut rien de bon et je reste la semence perdue qui survit
Ce métissage de vos besoins, fruit de votre entente, et qui, ce jour, vous juge.

Mais à qui la faute sinon à l’illégitime Constitution des Hommes justes.
Les états sans amour engendrent des lois mesquines et iniques
Contre lesquelles combattront à jamais des armées d’insoumis.

1
Hello. How could we help you?
Salut. Comment pourrions nous vous aider?
Powered by