Ce qui fatigue dans le trouble de bipolarité, c’est le permanent conflit de valeur entre le courage dans l’action et la réaction de culpabilité. Il persiste en effet un doute, quasiment maladif, sur la validation de l’acte posé par le Moi, les Proches ou ultimement le Divin à travers une des Loi et ou Foi d’un de ses Serviteurs honorés. Ce stress, à longue exposition, fatigue le centre spirituel et dénature l’enregistrement des impressions sous forme de Sentiment de Vie qui sera jaugé au Jour du Jugement. Pour en guérir, il est bon d’Accepter sa Nature Simple, pour les Responsabilités (Noblesse dans le Vicariat; Paie), et Lâcher-prise, par le Plaisir (Accomplissement du Pardon; Paix), sur les possibles erreurs et faiblesses. La peur de l’Échec est l’Ombre du Perfection-né Ahmed tout comme l’Orgueil est l’Ombre du Créateur Omar.

Sous le Seigneur Créateur Omar soumis au Divin: Le Shaytan Bête (Meho) Ahmed est le Prototype, Ombre, des Perfection-nés Ahmed. Le King ASSOUKA Roi Messie (Messy) est le Sceau, Corps, des Perfection-nés Ahmed. Le Saint Prophète de l’Islam Mahdi (Grandi) Mo’Ahmed est l’Archétype, Lumière, des Perfection-nés Ahmed. Le Grand Monarque est leur conjointe, Âme Sœur, appelée « Mère » (comme la Verge Myriam équivalent de “l’Homme en Fils” le Vierge Idriss dit le Khidr) pour nous Amaru en tant que Reine et leurs enfants, biologique et spirituels, sont les Princes de Paix (Page) et de Paie (Pape). Ainsi le Secret du Créateur se révèle dans sa Lumière de Perle de Préciosité (Mohamad) son IBLIS d’Orgueil (Shaytan), et son Sceau d’Échec (ASSOUKA). Mohamad, le Porteur de l’IBLIS de Préciosité est finalement banni, deuxième de deux après Shaytan, à l’âge adulte avant de revenir en Calife dans son Eden (pas à la Mecque). Shaytan, le Porteur de l’IBLIS d’Orgueil est constamment lapidé: banni et maudit toute sa longue Vie terrestre avant d’avoir part à la Gloire du Divin dans l’Esprit. ASSOUKA, le Porteur de l’IBLIS de la peur de l’Échec (stress) est initialement maudit à la naissance avant de renaître de nouveau avec ses deux Eve.

Il y a toujours une forme de pudeur et de dans les Écritures Sainte qui donne de l’eau au Moulin des falsificateurs par interprétation ou réécriture. Ainsi le sacrifice de Ismaël est la défloraison de la bien aimé, Sarah, jusqu’ici en mode Amour platonique, pour des fins de procréation. Son substitut, le Bouc, est l’esclave, Haggar, qui elle donnera l’Héritier au Patriarche Ibrahim. Tout est dans le Symbolisme pour les Gnostiques comme le Hanafi Ibrahim (PSL) tandis que les Animistes suivent la Tradition, des recommandations souvent orales puis écrites laissées par les Ancêtres, Alpha, de leur vivant et les Soufis s’attachent à la lecture des Signes, Ayat, révélés par l’Esprit, Fa, ou le séjour des Serviteurs honorés du Divin du vivants dans l’invisible. Égorger un mouton relève à la fois de l’acte de courage pour faire du mal à l’innocent, la codification du Mythe avec la déshumanisation de l’acte de couper la tête soit l’hymen, et l’immolation d’un animal à la communauté des Saints en signe de d’évolution sur le parcours de maturation (Responsabilités et Plaisir) à travers une occasion d’activité sociale. De fait le plus important n’est pas de trouver un mouton à sacrifier chaque année mais un nouvel homme pour montrer sa dextérité. Ce rituel comme tout petit avec le sacrifice des canins, puis des caprins, puis des bovins avant celui éventuel des félins pour les purs guerriers.

Share This
Open chat
Hello. Welcome on Le CRI de la Calebasse. How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Le CRI de la Calebasse. Comment pourrions nous vous aider?