Lettre ouverte de fermeture chiffrée

« La Radicalisation n’est pas la Fermeté »

Frère Kemi Seba sans être expert ni vouloir nier la fierté de mes pairs, je pense que le débat sur le FCFA et la FrançAfrique a perdu de sa pertinence bien qu’étant toujours objet de souffrance. Il faut dire que connaissant les prédateurs auxquels nous sommes confrontés depuis la nuit des temps, s’il y a médiatisation et théâtralisation sur une de nos causes c’est qu’ils sont passés à autre chose, c’est-à-dire un autre mode de l’antique esclavage séculaire et séculier. Nous pleurons d’utiliser une monnaie de singe qui n’est que devise alors qu’ils visent déjà la monnaie mobile qui était notre espoir de reprise d’indépendance financière. Mais que faire sans infrastructures et organisation compétitives? Nous récriminons contre une mafia d’oligarchie politique « à taloches » alors que les alliances entre multinationales nous dominent notamment à travers la perte de nos canaux de communication (qui vivent vendus et sans plus) et de l’indépendance de leur contrepouvoir permettant à présent de manipuler les populations et les opinions publiques pour briser les élans de liberté : « venez UE est là! » Pour moi, la souveraineté de notre espace social et économique tient plus à une guérilla de chaque acteur économique et leader communautaire à son niveau avec ses forces et son moteur plutôt qu’une stratégie de front unique contre une tranchée depuis déserte mais qui a tout de même le défi d’un champ de mines abandonné. Il n’appartient donc plus de seulement passer par des figures emblématiques et champions de causes pour lutter mais d’exhorter chaque africain à combattre en expliquant les enjeux et en donnant un set d’outils à notre jeunesse pour assaillir l’ennemi de toute part dans un effort conjugué et décliné à partir d’un guide central accessible à tous, adhérents ou non, dont le but est de mettre en œuvre et de tirer profit de nos Modèles socioéconomiques informels existants à un niveau de performance contraignant pour toute Culture animée de mauvaises intentions à notre égard. In fine cela nous donne le choix des monnaies (Richesse) et informations (Valeur) que nous souhaitons utiliser dans nos échanges et partages commerciaux principaux de fréquentation communautaire. Merci pour vos efforts importants pour tous mais l’entêtement à n’entrevoir la Victoire que par l’entremise de son règne fait le jeu de l’égo et conforte la population dans un rôle de victime impuissante friande en Mythes messianique de A (Nkrumah, Shaka, Mandela, Soundiata, Nzinga, Sankara, Abdallah, Anta, Musah, Lumumba, Agadja, Caracalla, Hannibal, Cabral… ASSOUKA? Séba? ) Avant le O de la désolation et de la désillusion pour les autres. Désormais nous sommes tous nos propres Messies combattant solidairement dans un corps de Messie collectif unique panafricain.

 

« Battons-nous avec nos entreprises »

King ASSOUKA Roi

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.