Nous sommes.

Chers amis,

J’observe le Monde avec un regard éternel. Celui de ceux qui se languissent du séjour du Ciel. Et ne supportent de voir sur Terre se déverser tout ce fiel. Je n’écris que pour ceux qui sont saisis, par la vertu que devient l’hypocrisie. Quand la vie des uns passent au fusil et crée l’audimat et que l’holocauste des autres, eux dits mats, demeure sous silence. Le devoir de l’Homme est de rester en conscience pour que du bien et du mal, ils savent ce qu’il en pense.

La purge du continent se poursuit; c’est son sous-sol, son sol pour vos consoles. Sa faune, sa flore qui vous consolent. Nos vies, nos érudits qui s’envolent. Des ressources qui ne sont plus nos richesses mais l’avoir des empires sans politesse qui se servent et abusent de notre ivresse. Celle du lien naturel à la Source de l’Âme. Celle de la tolérance, de l’accueil sans drame. Celle qui après le péché sait couler des larmes.

Amadou épaté tombe bien bas: la bibliothèque disparait dans le viral ébat, l’Ébola ou le combat. Le Charles latent menace alors nos Calebasses et le Soufi Âne délaisse la paie sous sa carapace. Pourtant le Peuple à l’Heure a besoin d’audace. Car D’Yeux verra nos efforts pour construire le confort qui, à l’Esprit, devient un renfort.

Le Ka n’est pas un mythe. Le Kamite est une élite. Mais ce cas n’est qu’une redite

J’écris ce simple cri avant le Cri

ASSOUKA

Tagged under:

Open chat
Hello. Welcome on Le CRI de la Calebasse. How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Le CRI de la Calebasse. Comment pourrions nous vous aider?